jeudi 14 juin 2018

Terrain de spectacle l'été venu





C'est reparti une fois de plus, les mêmes causes produisant les mêmes effets il ne serait pas étonnant que le même problème des eaux de pluie qui ruissellent sur ce terrain soit de nouveau à l'ordre du jour l'hiver venu.

Nous pouvons suivre le chemin de l'eau à partir de ces images à la sortie de la gargouille un petit ruisseau prend forme..


Sur les plaques de béton pentues les eaux rejoignent le petit ruisseau qui devient très important par la suite 


Là où le ciment s'arrête



Le ruisseau avant l'installation de la palissade ci-dessus



Le ruisseau s'arrête subitement au niveau de cet abri de bois.


Mais où donc est passée  cette eau ??? des tuyaux, un drain ??? plus de trace de ruisseau après l'abri bois !!!


Sont ce les travaux effectués par les Monuments Historiques qui évacuent les eaux ???

Alors pourquoi ne pas les drainer ou les arrêter dès le départ  sur la partie cimentée ???

Cette partie des lices inaccessible l'été venu, est elle gérée par la Municipalité ou les Monuments ???

Interdite l'été, abandonnée et peu praticable l'hiver, quand sera-t-il possible de faire normalement, et agréablement le tour de la Cité, sans être obligé de chausser de bottes ou être dirigé vers l'intérieur après avoir évité une circulation intempestive de voitures ???

Demain peut être !!! on peut toujours rêver.




dimanche 3 juin 2018

Le club des 5A


PATRIMOINE - TRENTIÈME ANNIVERSAIRE DE L'ASSOCIATION AUDOISE DES AMATEURS D'AUTOMOBILES ANCIENNES - CLUB 5A - CITÉ DE CARCASSONNE.   

Tous les participants à cette journée devaient avoir une pensée pour  le président Jeannot  Lapasset qui nous a quitté après une longue maladie.


C'est un bel hommage que lui ont rendu tous ces passionnés de mécaniques anciennes dimanche 2 juin 2018 dans le fossé de la Cité.
Jeannot avait obtenu  la première fois les autorisations nécessaires à ce rassemblement dans les lices à la Cité.


Exposées aux regards admiratifs des visiteurs les voitures, les motos les grosses cylindrées, les petites cylindrées il y en avait pour tous les goûts.






Jordan Lapasset passionné comme son père 





Toutes les voitures, toutes les motos, furent présentées une à une à la tribune officielle, où l'on peut reconnaître Alain Pignon Danièle Hérin, Magali Bardou et Lolo Gasc, et bénies (faute de goût, seul bémol à cette belle expo) avec une balayette pour toilette.





samedi 2 juin 2018

progression des travaux


C'est avec plaisir que nous pouvons constater la progression des travaux entrepris pour soutenir le talus dégradé depuis des années par les eaux pluviales qui dévalent depuis la Barbacane st Nazaire.

Elles sont maintenant canalisées en aval et leur effet destructeur sur le talus côté barbacane ne devrait plus avoir lieu. Mais quel sera le résultat pour la partie des lices utilisée par les jeux si en amont rien n'est fait ???

A mon humble avis ces eaux vont continuer à emprunter le même chemin sur le terrain où sont organisés les tournois des chevaliers, en parti goudronné, cimenté et recouvert par des tonnes de sable apportées au début de l'été.


Le ruisseau qui traverse l'hiver le terrain, occupé l'été, donne une image de laisser aller et de négligence intolérable de notre monument.


Une satisfaction cependant est de voir les travaux entrepris prendre forme. Ces travaux embelliront cette partie longtemps oubliée qui sert encore, hélas, de dépôt pour les activités théâtrales.







Vue du haut, le futur chemin qui sera emprunté, n'en doutons pas, par de nombreux promeneurs.






jeudi 26 avril 2018

Article lu dans la presse

Article lu dans la presse locale Journal l'Indépendant le mercredi 25 avril 2018


dimanche 22 avril 2018

Crainte pour les murailles de la Cité


Quelque soit l'intention, il est évident pour beaucoup d'entre nous que les murailles citadines ne doivent pas devenir un simple support sur lequel on accroche tableaux, banderoles ou autres feuilles d’aluminium, plastifiées et colorées.

Je disais dans un précédent article que les oeuvres d'art exposées dans des lieux, jardin pour le cas des gargouilles ou place du Préau pour cette magnifique exposition sur la Tolérance avaient toute leur place dans le domaine citadin, sur le passage des nombreux touristes ou Carcassonnais.



Notre crainte de voir les murailles devenir de simple support est grande et nous pensons que l'utilisation permanente de ces espaces devrait être tout simplement interdite et je le répète quelque soit l'intention des auteurs.
Imaginons un instant qu'un groupe industriel important veuille se payer un espace publicitaire visible par des milliers, voire des millions de personnes. Demain, au train où vont les choses nous risquons de voir fleurir un grand M jaune sur fond vert à la porte Narbonnaise ou bien la tour de la Vade décorée d'une enseigne alimentaire et transformée en Carrefour City.




jeudi 12 avril 2018

Art et Cité




Une entreprise dotée d'énormes grues, d'ouvriers alpinistes suspendus à des câbles, collant des morceaux de feuilles colorées de jaune,


 tel est le spectacle qui nous est donné ces jours-ci à la Porte d'Aude à la Cité.


Tous les accès sont bloqués. Désagréable surprise pour les promeneurs qui ne sont pas prévenus. Déception compréhensible!


Une petite anecdote vécue: lorsque, avec mon épouse et mes cousins, nous sommes arrivés, après un long chemin de marche, devant la Cathédrale de Santiago de Compostela, notre déception fut énorme, des échafaudages recouvraient entièrement sa façade et ces travaux, intérieurs et extérieurs gâchèrent notre arrivée.
J'imagine la tête de ces touristes ayant parcouru des kilomètres parfois des centaines et même plus, pour voir ce monument unique en Europe, ce symbole du Moyen Age qui arrivent devant la Cité de Carcassonne bariolée, défigurée et taguée.
Certains vous diront c'est de l'Art, pourquoi pas? Mais sans entrer dans une discussion philosophique l'art et le beau je peux dire simplement que l'on ne doit pas imposer dans des lieux chargés d'histoire des travaux muraux, des décors n'ayant aucun rapport  avec cette époque médiévale.
Par contre j'ai apprécié l'exposition (entreprise privée) des gargouilles multicolores dans les jardins de l'Hôtel de la Cité, je pense que je n'aurais pas été le seul à protester énergiquement si ces gargouilles avaient orné la Basilique Saint Nazaire.


Il y a un problème que personne n'aborde en toute objectivité, c'est le prix de cette action d’envergure imposée par une administration publique.
Quelles seront les conséquences sur les pierres des murailles citadines après l'arrachage de ces autocollants sachant que des lichens les recouvrent partiellement et parfois en totalité???
Et enfin ce qui s'applique à un particulier ne s'appliquerait-il pas au monument lui même?

D’après l’article L.621-31 du code de l’Urbanisme :

«Lorsqu’un immeuble est situé dans le champ de visibilité d’un édifice classé au titre des monuments historiques ou inscrit, il ne peut faire l’objet, tant de la part des propriétaires privés que des collectivités et établissements publics, d’aucune construction nouvelle, d’aucune démolition, d’aucun déboisement, d’aucune transformation ou modification de nature à en affecter l’aspect, sans une autorisation préalable.»

Quand on connait l'état de dégradations de certaines parties des lices commises par des activités lucratives et les travaux de grande envergure imposés, on peut se poser en tant que contribuables des questions auxquelles la Municipalité, le ministère de la culture et les monuments historiques (grande nébuleuse) pourraient éventuellement répondre.



Les travaux entrepris dans la première partie des lices par les services municipaux s'arrêtent brutalement à la tour du Plô pour laisser place à des lices poussiéreuses, sales, creusées, parfois en partie goudronnées et cimentées.







Questions:
N'aurait-il pas fallu réparer en premier lieu ces lices de les restaurer afin que chaque visiteur puisse librement circuler toute l'année?
Ceci est un exemple il y en a d'autres concernant la sécurité notamment, l'état de certaines ruelles etc....
Ne serait-il pas plus simple d'utiliser l'argent, lorsqu'il y en a, à la restauration nécessaire et indispensable de ce monument prestigieux plutôt que d'investir dans des entreprises éphémères, soit disant artistiques?


photographie intitulée: la rougeole

le Ruisseau.



samedi 7 avril 2018

Art et Cité



J'ai trouvé cette discussion entre mon amie Kiki Ortiz et d'autres personnes fort intéressante suite au décor de la Cité . 
J'ai copié collé les propos des uns et des autres parus sur Facebook.
Je trouve effectivement affreuse cette façon de vouloir habiller notre Cité. 




TOUCHE PAS À MA CITÉ !!!!
Si comme moi vous n approuvez pas ce que nos élus font subir à notre belle cité 
Innondez fb de photos de la cité dans sa plus belle parure : le naturel ! 
Comment peut on détériorer un monument classé au patrimoine mondial ????





JLG On a le droit de pas aimer mais faudra voir l œuvre terminée depuis la porte d Aude ...un peu de couleur au printemps. En plus c est les couleurs de l uscXV

Christine Ortiz Babby J ai vu la page de l artiste
Je reconnais que certaines de ses oeuvres me plaisent sur certains supports mais sur la cité non .... ce n est pas approprié



JLG Moi je trouve que si c est fait dans le respect. .Après tout l art dérange. ..c est pas si mal finalement, d autant plus que ça se verra depuis la porte dite du Mur qui donnait sur la prison inquisitoriale. Après je reconnais on.a le droit de ne pas aimer ou de se moquer.
MC SJ'hésite entre l'apologie d'une certaine idéologie et une forme de provocation mais cela dit, c'est une impression qui n'engage que moi ...
JL G Faut lire ce que l artiste présente
Christine Ortiz Baby Je ne me moque pas je n aime pas c est tout
JLG On ne doit pas forcer les autres ni à aimer ou pire à détester. Si réponse il y a avoir dans l ombre se cachent des frustrés es du patrimoine qui aiment se servir de la haine des autres pour justifier leurs positions.Christine Ortiz Baby Haine frustration .... loin de moi ces pensées extrêmes 
Je dis simplement que je n aime pas c est perso et je ne force personne
Pourquoi ce discours qui justement cherche à diviser

J ai le droit de ne pas aimer et de le dire
JLG Pardon je ne parlais pas de toi mais de mon corbeau et de ses amis es . Des passionnés de la cité. 
JDTout à fait d accord avec toi. On n aime pas et on a le droit de le dire. Moi je trouve cela de très mauvais goût sur un cite aussi historique que notre CITÉ
MCS Je vois une cible et une forme "artistique " qui cherche peut-être à minimiser les tragiques évènements qui ont récemment endeuillé Trèbes et Carcassonne ... Une "œuvre d' Art " irrespectueuse et déplacée .
AH Ah je suis bien contente de ne pas être la seule que ça a choqué pour les même raisons !
MF la cité aussi a souffert de ces terribles événements,pourquoi la décoréMF très triste aussi pour moiRB Immaginez les touristes du monde entier qui ont fait le voyage pour visiter et surtout prendre la cité en photo . . . La déception de photographier un monument historique affublé de bandes jaunes ! J'arrive de New-York et quelle déception si au moment de prendre la Statue de la Liberté en photo , celle -ci avait été entourée de bandes jaunes ! Ce n'est pas l'artiste que je mets en cause ,mais celui ou ceux qui ont autorisé cela ! Mais comme on dit "les goûts et les couleurs ". . . JLG On a dit la même chose il y a quelques années d un.autre artiste dont l oeuvre est restée. Il s appelait Eugène Viollet le Duc et on vient des états unis et de Catalogne encore plus pour admirer son œuvre. Sinon les catalans très nombreux à la cité bien plus que les américains. ..aiment bien d après ce que j ai pu entendre .Christine Ortiz Babby La différence est énorme entre Viollet le Duc et cet artiste contemporainRB Aucune comparaison ,nous ne sommes pas dans le même registre !




mercredi 4 avril 2018

L'omelette Pascale 2018


           
                       Cette année encore la tradition de l'omelette Pascale fut respectée pour les Ciutadins.
Les années se suivent mais ne se ressemblent pas. Le vent malin, le vent marin, le vent d'Autan, le vent qui rend fou, le vent qui décoiffe a, pour cette journée Pascale, montré ses capacités, sa force, ayant pris de la vitesse depuis la méditerranée, il arrive gonflé à bloc dans la Piège, saturé d'eau.




Mais les ciutadins décidés, ont bravé ce vent et la température peu clémente de ce lundi 2 avril 2018.


Maïté et Gisèle prirent dès le départ une légère avance...


suivies de près par Kinou et Robert, qui casquette et châpeau visés sur la tête, les mains dans les poches, tentent une remontée.


















Prendre l'apéritif et le repas du déjeuner à l'extérieur fut une mission impossible tant le vent était violent mais la bonne humeur ne quitta jamais cette bande de copains qui étaient heureux de partager cette journée "printanière"...
Autour d'une bonne table avec des plats préparés par les citadines, chaque couple ayant apporté sa contribution, salades composées, tartes, saucisse, omelette, salade de fruits, fromage, divers gâteaux, le tout arrosé par les vins de nos représentants de la viticulture méridionale à savoir Chanchou avec les vins rosé et rouge de "Fontaine Grande" et Jean Claude avec ses vins du domaine des Albarels.




En fin d'après midi, à la fin du repas, los ciutadins surent apprécier la blanquette de Limoux, l'alcool de poire d'André et les gâteaux préparés avec beaucoup d'amour par nos gazelles.
Ce fut le moment où notre Alexandre Dumas Citadin dévoila ses écrits romancés sur cette vie citadine d'autrefois au temps où les corneilles, les chouettes, les chats noirs et les lutins avaient droit de cité.


Quelle belle journée!!! pour les ciutadins qui prirent un bol d'air que dis-je? une citerne d'air pur dans cette Piège, éloignée de toute agitation, dans cette nature qui ne se donne qu'à ceux qui l'apprécient, dans cette nature que l'on pourrait définir par son vent, sa terre couleur jaune argile, ses collines et ses bois de chênes.